BIBLIOTHEQUE
HENRI TERRENOIRE

Bienvenue sur la page Dossier Accueil

RENTREE SOCIALE DE OUF ! ENCORE UN EFFORT, ET NOUS AURONS TOUT PERDU !

...Où sont les oufs...

Révolte

Le CLAC (Collectif pour l'Auto-organisation et la Lutte de Classe de Montluçon) sera présent le 9 octobre à Montluçon. Pour cette rentrée sociale de OUF, qui est un peu tardive malgré tout.

Encore un effort, et nous aurons tout perdu ! Est le titre du tract que nous distribuerons en ce jour de festivité syndicale et pour ceusses qui seront absents, vous pouvez le lire en avant première ci-dessous.

Alors, le sauveur suprême serait le vote ! Selon les instances syndicales en cette fin d'année, pour ce qui est de la représentativité dans la fonction publique. Et pour ceusses que ne serait pas de cette fonction dite publique, il reste les élections européennes pour faire la nique à Macron et ben ninette si cela n'est pas ouf, c'est que nous n'avons pas les mêmes valeurs.

Et bien oui , nous n'avons pas les mêmes valeurs ! Car pendant que le capitalisme se restructure dans un mépris de classe, relayé par son larbin présidentiel, la défense du service public nous détourne du combat réel à mener, celui de la lutte de classe. Si nous ne prenons pas conscience de cette nécessité, alors nous aurons tout perdu. Seul l'auto-organisation de nos luttes et la conscience de notre classe pourra nous apporter une victoire qui à ce jour nous fait défaut.

Exploités de tous les pays unissez-vous ! Cela est plus que jamais d'actualité !

Le tract c'est ici

DES NOUVELLES DE CE QUI C'EST PASSE, A MONTLUCON, A COUTANSOUZE ET A SAINT MENOUX.

...Demander le programme, à mais non c'est passé !...

Débat

MONTLUCON, ce mercredi 12 septembre avait lieu une conférence/débat, à l'école Molière. Invité par les peuplas, Jean-Pierre DUTEUIL, sur présentation de l'association EXEDRA (Espéranto). Nous a emporté 50 ans en arrière, direction mai 68, mais pas que.

Vous pouvez écouter l'enregistrement de cette soirée.


Mai 68.....50 ans après -1 ere partie

Mai 68.....50 ans après -2 eme partie

Eolien

COUTANSOUZE, ce jeudi 13 septembre, avait lieu une réunion de l'association "préservons la forêt des Colettes". Une présentation a été faite, l'originalité est le choix d'un statut d'association collégiale. C'est à dire , que tous ont le même pouvoir, point de président, secrétaire ou bien de trésorier. Chacun(e)s peuvent à un moment donné avoir ces rôles. En un mot la rotation des tâches.

Le discours majoritaire du bureau, est la réappropriation de nos vies et spécialement en ce qui concerne l'énergie. Du style, les décisions doivent être prises localement, en tenant compte des spécifications locales et avec l'ensemble des habitant(e)s. D'autre part, des voix se sont faites entendre, comme c'est souvent le cas pour ce genre de réunions, avec ce discours "pas d'éoliennes dans notre forêt, mais ailleurs on s'en fout".

Mais dans l'ensemble, la question de faire des actions avec l'ensemble des associations anti-éolienne sont dans les papiers. Attendons et nous verrons ?!


Féd'arts

SAINT MENOUX, Le dimanche 16 septembre, une journée ensoleillée et une quarantaine d'exposant(e)s, nous étions présent(e)s avec une table de presse, brochure, tract, livres, sur les actions dans le Bourbonnais et des journaux de Courant Alternatif.

La journée s'est déroulé paisiblement avec quelques contacts.

REVENONS UN INSTANT SUR LA MARCHE POUR LE CLIMAT

...Et si nous marchions vers notre autonomie !...

Anti

Radico : Retour à la racine.

Faisons-nous, genre intelligent(e), oui ! Nous pouvons, nous là péter de temps en temps. Donc la racine du mot climat est à l'origine d'un mot grec, qui veut dire "incliner", en rapport avec l'inclinaison de l'axe de la terre par rapport au soleil. Et par déclinaison, il est associé (le mot climat), à "cligner", vous savez quand vous voulez avec l'œil, voir le deux (œil naturellement, oui bon d'accord, c'est yeux, vous n'êtes pas drôle !), marquer votre complicité avec quelqu'un ou quelqu'une, mais dans ce dernier cas, cela peut devenir vite ambigu. Mais, nous nous égarons.

Retour sur la marche pour le climat.

Un climat, une marche, la macronie doit être contente, puisque c'est elle qui a déposé le brevet "en marche". Bon, vous nous dites, ce n'est pas pareil ! Bon d'accord, nous vous l'accordons. Mais en revanche, nous nous posons des questions :

Comment se fait-il, (Comme nous avons pu le constater, les mois passés, que la moindre manifestation, le moindre rassemblement, un tant soit peu revendication, une nouée de bleu "marine", sur les trottoirs, les intersections, devant, derrière, sur les toits, sur les balcons, accompagnant nos déplacements et dernièrement l'apparition de caméras posées sur les murs de nos villes par les forces de l'ordre), qu'il n'y ait aucune présence policière visible, pour cette marche ?

Nous voyons deux solutions possibles, la première est que Macron, soit en accord avec les revendications portées par la rue, avec sa cohorte d'associations citoyennes, soutiens de la marche et gestionnaires du développement durable. Ou bien, il pense que ce genre de manifestation sert sa politique et ne l'empêchera d'aucune manière de poursuivre la désocialisation de la société. Nous inclinons ou clignons, plutôt pour la deuxième.

Pourquoi, la deuxième ? Nous allons essayer de nous en expliquer. Tout d'abord, ce genre d'initiative, reprend le vocabulaire et les constats de l'engeance dirigeante. A capitalisme, elle lui préfère système, sous entendu financier, car selon elle, le financier est le coté perverse du capitalisme et non pas sa raison d'être. A développement social, elle lui oppose, le développement durable capitaliste. En un mot, elle veut gérée différemment, la même société. Elle aide la politique macroniste, par l'exigence de l'individualisation des comportements. Elle demande, aux "responsables", d'arrêter de faire ce qu'ils/elles font, voilà le coté bisounours de cette initiative.

Ce qui nous dérange dans tout cela, c'est le manque de concertation sur le but de cette marche. Selon, les participant(e)s, les solutions sont différentes. Des solutions avouées pour les un(e)s et non avouables pour les autres. Est-ce le changement dans la continuité, où alors, la continuité dans le changement. Pour ce qui nous concerne, nous ne voyons pas trop la différence.

Pour que cette initiative, selon nous, ait une portée sur notre vie, un maximum d'options doivent être, collectivement et librement, décidées. Du genre, doit-on garder le principe d'exploiteurs(euses)/exploité(e)s ? Doit-on admettre qu'un homme (avec un grand F) ou qu'une femme (avec un grand H) puisse vivre du travail d'autrui, même moyennant salaire ? Peut-on être propriétaire, plutôt qu'utilisateur(trice) de ce qui nous entoure ? Peut-on accepter la suprématie d'une partie de la société sur autrui ? Doit-on permettre la dictature de la majorité sur la minorité et vis-versa ? Et nous voulons réfléchir ensemble à toutes les autres questions, organisations, détails, qui nous permettent de vivre dans une société, libre, égalitaire et solidaire.

Tant que nous penserons, que la solution, en ce qui concerne nos vies, doit venir des mêmes qui empêchent notre autonomie, alors une marche même pour le climat, ne suffira pas. Seule notre émancipation aura une portée essentielle sur nos vies. Ne négocions plus la longueur de nos chaînes !

DOSSIER "ATOME/NUCLEAIRE, SUR LE DEPARTEMENT DE L'ALLIER"

...Et si nous étions irradié(e)s ?!...

Bure

Nous remercions, les copaines du collectif anti-cigéo qui pendant que nous étions en vacance ou pour certain(e)s en vacances, ont fourni un travail fort intéressant sur le nucléaire dans l'Allier.

Avec la brochure "Le nucléaire sur le département de l'Allier - Un passé oublié ou méconnu ?", nous apporte, pour ceusses qui ont oublié, ou ceusses qui n'ont pas connu, une petite histoire de ce qui a été, ce qui aurait pu être et ce qu'il nous reste. A lire avec intérêt.

Ils/elles nous ont fourni aussi tout un tas de liens qui permet d'approfondir le sujet. Mais bien entendu, comme le sujet est vaste et il faut le dire pas très transparent, beaucoup d'autres documents peuvent existés.

Donc, nous les remercions de ce premier travail qui nous paraît être dans l'air du temps, puisque comme vous le savez ou pas, la répression actuelle en ce qui concerne les oppositions au nucléaire, après les blessures, la répression, l'association de "malfaiteurs", voilà maintenant l'extradition vers l'Allemagne d'un militant antinucléaire, où est cette fameuse société dite "démocratique" ?

Nous n'avions aucune illusion, car nous savons depuis le début qu'une société nucléocrate est synonyme, de société policière.

Donc, prenez le temps de lire ce dossier et nous vous souhaitons une bonne lecture.

Brochure du collectif (buraliste03)

Documents qui ont servi pour la brochure :

Attention, pour le document qui suit, la lecture est à faire sur la colonne de gauche jusqu'à renconter (suite, en bleu) et revenir jusqu'à (suite, en noir) colonne de droite. Bon d'accord c'est pas simple, mais que voulez-vous !

La gazette du nucléaire n°147/148
Hors série de Courant Alternatif n°4
IRSN - MIMAUSA - Répertoire des sites miniers d'uranium
AREVA - Bilan environnemental - Sites miniers de l'Allier du 28/02/2011
Encyclopédie de Développement Durable - Collectif Bois Noirs
Etude CRIIAD
Concessions sur le département de l'Allier
IRSN - Extraction de l'uranium en France données et chiffres clés - février 2017
AREVA - Site de LOMBRE - Concession de la Varenne 03
Lettre collectif Bois Noirs

OUI, MAIS POUR QUOI FAIRE ?

...Qui sommes-nous ?...

luttes

Nous entendons un peu partout, convergence pour les uns, alliance pour les autres, des luttes naturellement.

D'autre part, des slogans, sortis de l'appel pour participer à la manifestation qui avait lieu à Bar le Duc le 16 juin 2018 contre le centre d'enfouissement à Bure, dans la Meuse, des déchets nucléaires pour l'éternité et peut être dans la foulée contre la société nucléocrate, appellent, "au matin pour réfléchir et l'après-midi pour agir".

Tout cela est très bien, mais la question est pour quoi faire ?

Faut-il entendre dans converger ou dans s'allier, ce qui est en filigrane pour une partie des appels, ensemble mais derrière nous ?

Convergence des luttes, mais de quelles luttes parlent-ils/elles, celles des matons, des policiers ou pour le maintien d'une justice bourgeoise de classe ? Ou encore, pour la gestion sociale et humaniste d'un capitalisme national à visage humain qui nous ferait oublier que le pillage des ressources du tiers monde est aussi une de ses raisons d'être, comme son grand frère le capitalisme des multinationales et des financiers, mais à échelle humaine ? Avec la défense de ses services publics, dont le garant serait l'Etat et que sans lui nul salut ? Que la lutte politique devrait prendre le pas sur la lutte des classes et dont l'aboutissement serait le changement du personnel gestionnaire ?

Pour l'alliance dans les luttes, dont le principe serait de garder à chacun(e) ses prérogatives, dans le but de prioriser ses intérêts ?

Et pour la lutte anti nucléaire, avec "le matin pour réfléchir ", la réflexion doit-elle porter sur comment remplacer le centralisme autoritaire des nucléocrates, par un centralisme autoritaire de l'écologie ? Et avec, "l'après-midi pour agir", l'action doit-elle porter sur l'aménagement écologiste de cette société, ou bien porter sur une remise en cause des procédés de création de la valeur ajoutée, y compris celles que certain(e)s veulent pour la nature ?

Et bien, convergence, alliance, réfléchir ou vis versa puis agir, sont dans le principe de très belles idées, encore faut-il savoir avec qui ? Partant du postulat qu'une convergence ne se décrète pas, mais se construit sur des valeurs communes et librement acceptées, mûrie par une réflexion sur le genre de société dans laquelle nous voulons vivre, avec comme corolaire l'intelligence du plus grand nombre, libéré des spécialistes de tous poils qu'ils soient, politique, technocrate, techniciste, économiste, etc.

La restructuration, du capitalisme mondial, à marche forcée que nous vivons en France ayant commencé pendant les règnes précédents avec l'approbation implicite des corps intermédiaires et des partis politiques de gouvernements ou en devenir, dont le but ultime est leurs survies en défendant que la seule société possible est celle de l'économie de marché, autrement dit centraliste, autoritaire et capitaliste.

La répression et la paupérisation de ceux/celles qui ne sont rien, l'autoritarisme de l'Etat et la militarisation de la société, laisse poindre une convergence, non pas cette Arlésienne qu'est la "convergence des luttes" car dénuée des interrogations essentielles, avec qui, pour quoi et dans quel but ? Mais une convergence des taux de profits qui sera obtenue soit par la loi et si nous sommes trop véhément(e)s par la répression policière, voire militaire comme à notre Dame Des Landes et si l'exigence du maintien des profits, s'avérait nécessaire, une troisième guerre dite "mondiale" pourrait se décider dans les cabinets feutrés des multinationales.

Plutôt que de parler de convergence ou d'alliance des luttes, parlons plutôt de fédérer les luttes par la réflexion et l'interrogation, quelle société nous voulons ? Quelle organisation ? Dans quel but ? Avec qui ? La tâche est ardue, mais ne pourra se faire que par l'auto organisation, dans un premier temps, de nos luttes en sortant du carcan où nous enferme notre éducation. La solution se trouve, sans doute, à l'extérieur de la société dite "démocratique", républicaine, autoritaire et capitaliste.

Mais la solution ne peut être que collective, où la réflexion précède l'action et ou l'action interroge la réflexion. Le but n'étant pas une fin en soi. La pratique nous a montré que c'est dans l'action que nous évoluons et que les remises en cause se produisent. L'implication de chacun(e) dans les décisions qui touchent nos existences est essentielle.

Alors si la convergence ou l'alliance sont un appel pour tout changer et que rien ne change, nous n'en serons pas.

Par contre, si converger et s'allier pour que collectivement nous puissions enfin réfléchir et agir, pour que notre lutte converge vers la construction d'une société égalitaire, solidaire, libertaire et nous pouvons rêver sans frontière, alors nous en serons.


D'où notre interrogation, OUI, MAIS POUR QUOI FAIRE ?

COMMUNIQUE DE BURALISTE03, COMITE DE SOUTIEN A BURE.

...Montluçon...

Buraliste03

Le comité contre le projet d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure, en Meuse, sera présent le vendredi 06 juillet sur le marché de Commentry, pour discuter avec vous et informer sur ce qui se passe dans ce département. Si vous voulez participés à cette intervention rendez-vous à partir de 10h00.

Pour participer au comité de l'Allier : Adresse buraliste03@riseup.net

COMMUNIQUE DE Buraliste03

...Montluçon...

Buraliste03

Le comité contre le projet Cigéo de l'Allier était sur le marché de Montluçon le mercredi 27 juin, en soutien national pour dire qu'ils/elles sont solidaires avec les militant(e)s de la région de Bure et alentours, ainsi qu'ailleurs en France qui ont subi(e)s des perquisitions et autres gardes à vue.

Pour participer au comité de l'Allier : Adresse buraliste03@riseup.net


Tract diffuser
Vue de coté
Vue de face
Vue de l'autre coté

LES BLEUS S'INVITENT A BAR LE DUC !

...Bure à Bar...

Banderole
Bure

Cela se passait à Bar le Duc (55), en cette fin de semaine. Et non ! ce n'était pas l'équipe de France de foot, mais un ramassis de la force de frappe de l'Etat républicain. Cette force de frappe qui sévit depuis plusieurs années déjà, dans les quartiers populaires, puis dans la foulée contre l'opposition au capitalisme et à son monde et investit maintenant la "société civile", enfin celle des corps intermédiaires et autres citoyen(ne)s garant de cette société "démocratique" et républicaine.

En ce samedi 16 juin 2018, était prévue une manifestation contre le centre d'enfouissement des déchets radio actifs et le nucléaire. Une manifestation colorée, festives, mais aussi combative. Dans ce bourg de 15 000 habitant(e)s a vu converger entre 3000 à 4000 personnes de tous horizons. Le thème de cette manifestation était, la forêt s'invite en ville, en rapport à la forêt dite du "bois Lejuc" où ces habitant(e)s ont été explusé(e)s en février, par une force de frappe de 500 gendarmes, pour seulement une dizaine d'habitant(e)s/militant(e)s dont certain(e)s perché(e)s dans les arbres.

Des fabrications artisanales de masques de chouettes/hiboux, symboles de la résistance contre CIGEO (Centre Industriel de stockage GEOlogique), (comme vous pouvez le remarquer dans l'acronyme (initiales), le stockage a disparu), cela s'appelle la communication. La confection tout au tant artisanale de deux géants sur roulettes, l'un représentant une chouette et l'autre un hiboux. Plusieurs tracteurs étaient aussi de la partie avec des remorques servant de chars revendicatifs, mais aussi à la logistique (bar et cantine) celui-ci sera bloqué par les cognes peu avant la place Reggio (préfecture), achoppement de la manifestation.

Déroulé de la manifestation, alors que la calligraphie s'invite sur les murs de la ville, les premiers mécontentements se font entendre parmi certain(e)s des manifestant(e)s, vous savez les garants de cette société "démocratique" et républicaine, mais les gaz et les matraques seront pour tout le monde. Vient ensuite l'attaque de certaines vitrines (ciblées) et autres carreauteries, plus importantes pour certain(e)s que des yeux, des pieds, des mains ou encore des vies. C'est à cette instant qu'un manifestant s'intéressant au journal par nous brandit, s'enquit de ses auteur(e)s et quand lui fut divulgué sa signature anarchiste-communiste, il ne retint que celui de communiste car lui-même en était un, mais rejetait cette bande de noir vêtue fossoyeuse de vitrines et autres malédictions, quand il lui fut posée la question suivante "pourquoi il ne s'interrogeait pas sur la présence d'autant de flics", il nous parla de la Palestine ?! (Le communiste est ainsi fait et cela nous laisse songeur). Bon, mais tout n'est pas perdu, car suit le communiqué commun : (du Cedra, de l’Eodra, et des Chouettes-Hiboux de Bure) :

Communiqué suite manifestation du 16 juin

Les festivités se sont poursuivies sur la place REGGIO, face à la préfecture. Après avoir fait un petit tour dans le rues avoisinantes, nous n'avons pu que constater, une nouvelle fois, que la force de frappe étatique n'avait pas lésiné sur les moyens soldatesques, avec murs anti émeutes, camion anti barricades, une multitude de camions et d'un personnel de la police et de la gendarmerie nomade, errant de manifestations en lieux de contestation. Nous avons plié les gaules vers 19 heures et sur le chemin du retour et à notre arrivée, nous avons appris que peu après 19 heures, la force de frappe s'était remise en marche macroniste.

Contre le nucléaire, Résistance populaire !

Pour participer aux festivités voir le comité 03 contre le projet d'enfouissement des déchets radio actifs à Bure dans la Meuse, pour tous contacts : buraliste03@riseup.net.

En ce mercredi 20 juin à l'aube vagues de perquisitions et d'arrestations à Bure et ses alentours, alors que nombre d'opposant(e)s ont poursuivi le week-end commencé à Bar le Duc, l'Etat fort mécontent de la réussite de la manifestation du samedi, envoie une nouvelle fois sa force de frappe sur les lieux de la contestation. Appel est lancé aux comités à rassemblement ce jour à 18 h devant les préfectures !

Communiqué suite perquisitions et arrestations 20 juin 2018

CONTRE REFORME : A QUI LE TOUR !

...En mémoire...

Retraite
............................................................

A qui le tour, les 42 régimes de retraite vont subir un débat "démocratique" comme sait le faire la macronie. Où les questions choisies convergeront sur les décisions déjà pris par le roi. Mais avec une couche de débat public sur internet. Pour amuser le bon peuple, très enclin à vouloir participer aux débats de société qui sont déjà pliés. Pour rappel, les pensions de retraite font partis du salaire différé et en aucun cas, une prestation de la bonne volonté des gouvernements. L'article qui suit donne une idée de ce qui est dans les tuyaux, mais occulte le salaire différé. La baisse du pouvoir d'achat, passe par la baisse des cotisations, car cela implique la perte d'une partie de nos salaires qui ampute nos revenus futurs, que se soit, les indemnités de sécurité social, les indemnités chômage ou encore les pensions de retaite.

Article

HOMMAGE A NOTRE COPAIN ALIN.

...En mémoire...

Alin

Nos chemins se sont croisés, un jour de festivités, dans le sud du département. Nous avons appris à le connaître, il nous a donné son amitié, amitié qui pour lui n'était pas qu'un vain mot. Elle recouvrait une certaine conception de la vie et du rapport à l'autre, qui nous allait.

Alin était un vrai poète, doublé d'un artiste complet. Son parcours d'intermittent du spectacle la conduit au théâtre, mais aussi au dessin, à la bande dessinée et bien d'autres choses encore. Son humour déroutait certain(e)s, mais faisait marrer les autres, dont nous étions.

Alin, portait en lui cette dérision des gens humbles, mais n'hésitait pas à se moquer de ces gens qui se donnent de "l'importance" et qui sont, somme toute, sans intérêts.

Nous vous faisons partagés une partie de son talent, avec ces deux dessins qu'il nous avait donné lors de la préparation d'une de nos festivités. Mais laissons parlés ses dessins !

Premier dessin
Deuxième dessin

Alin, intermittent du spectacle, laisse une famille sans ressources, donc nous vous invitons à participer à la collection de soutien qui permettra à la famille, non pas d'éviter leurs désarrois, mais au moins d'éviter les tracas du quotidien

C'est ICI

Pour les personnes qui le souhaitent son corps repose à la chambre funéraire du CHU de Clermont Ferrand. Il sera possible de le voir à partir de mardi après-midi.

Les obsèques se dérouleront le :
mercredi 6 juin 2018, à 12 heures
au crématorium de Clermont Ferrand,
57 rue Jean Auguste Senèze
63000 Clermont-Ferrand
Bénédiction religieuse suivie de la crémation.
Ni fleur, ni plaque.

Nous apportons, nos sincères condoléances à toute sa famille

SOUS LE SOLEIL D'UN CLAIR OBSCUR, PAS NOIR MAIS PLUTÖT SOMBRE.

...Le clair obscur...

Convergence

Nous avions le parti de droite pour contrer le parti socialiste, nous avions le parti libéral pour contrer le parti communiste, nous avons l'extrême droite pour contrer l'extrême gauche et puis c'est tout !

Et oui, les royalistes parlent de leur mai 68 à eux, oui les identitaires remplacent les gardes frontières, oui les groupuscules d'extrême droite jouent aux CRS dans les universités et les lycées.

Mais reste que seuls, les colons découvreurs d'Amérique envoient leurs soldatesques (qui votent FN à plus de 50%) adeptes de l'état de droit, reconquérir les espaces laissés vacants, qu'ils soient dans le bocage, dans les quartiers populaires ou bien dans les universités. Le napoléonien jésuite tel le preux chevalier se lance à l'assaut de la dernière guerre mondiale, euh ! Non , à l'assaut du programme du conseil de la résistance, ce conseil de la réconciliation nationale, réconciliation entre vrai et faux résistants, un peu comme aujourd'hui où certain(e)s veulent nous faire croire que, employeurs(euses), salarié(e)s unis dans un même combat, celui pour redresser la France.

Alors que chacun(e) y va de sa petite chapelle et découpe en tranche (pas de vie), mais de fragment propre à ses intérêts personnels, la grande démocrasseuse, nous étourdie par une avalanche de contre réformes. Par un manque de vue d'ensemble, nous nous épuisons à combattre, chacun(e) dans notre coin, les contre réformes les unes après les autres. Et quand nous disons chacun(e), nous parlons d'une minorité, car même si beaucoup, en on marre, ils/elles sont occis(es), écrasé(e)s par les jours qui se renouvellent et ne changent rien de leurs quotidiens.

Arrêtons-nous un instant, pour réfléchir sur notre devenir commun, mettons-nous d'accord sur les buts à atteindre. Et après seulement nous serons à même de diriger notre énergie, sur quelle production nous voulons, pour qui ? Pour quoi ? Avec quelle organisation, quelle société, enfin quelle vie nous voulons dans ce monde ici et maintenant.

LE MATIN POUR REFLECHIR, L'APRES-MIDI POUR AGIR !

EMBALLEMENT SOCIAL !

...Emballement...

Convergence

Serait-ce le début de quelque chose ? Pouvons-nous l'espérer ? Vu la fébrilité médiatique, il se passe vraiment quelque chose. Après les deux premiers jours de grève des cheminot(e)s d'une ampleur non prévu par le gouvernement, il ne faut pas encore croire au "matin du grand soir, comme pourrait le dire les milieux autorisés, car historiquement créer de toutes pièces par les mêmes milieux autorisés".

Bon, revenons à notre sujet, les jours qui vont suivre, seront-ils la réponse que beaucoup attendent, va-t-il y avoir convergence des luttes ? Pour nous il n'y a pas des luttes, mais une lutte celle contre le capitalisme et son monde mortifère.

Le gouvernement attaque toutes les bases de la société, l'aménagement du territoire, les services publics, l'éducation, les précaires et autres chômeurs(euses), les migrant(e)s, etc., même la constitution et la justice.

Les milieux étudiants et peut être les lycéens sont en période d'organisation contre la sélection sociale. Les flics et l'extrême droite sont intervenus à plusieurs reprises dans les universités ainsi qu' au lycée autogéré de Paris.

Une manifestation est prévue, le 07 avril à Paris, contre la loi modifiant la législation des demandeurs d'asile et des migrant(e)s.

Des grèves renforcent celles des cheminot(e)s, tels celles des salarié(e)s de carrefour, des hôpitaux, des EPHAD, des éboueurs, etc.

Alors, après les mornes jours de ce début de quinquennat, après l'abandon du code du travail, l'attaque sur les retraité(e)s, les précaires, les chômeurs(euses), les migrant(e)s, etc., peut être est-ce le début de quelque chose !

DOSSIER LINKY : SOIREE D'INFORMATION A AGONGES LE 23 MARS.

...Compte rendu de la soirée...

Linky

En ce vendredi, dans le bourg d'Agonges, petit village du bocage, une foule de participant(e)s s'est déplacée pour écouter et intervenir sur les compteurs communiquant appelé LINKY. Cette soirée peut être considérée comme une réussite, car plus de 120 personnes étaient présentes.

Après la projection de la conférence de Stéphane Lhomme, conseiller municipal à Saint Macaire (Gironde). Un compte rendu sur ce que les communes alliées à celle d'Agonges ont mis en place pour informer la population sur la réalité des compteurs linky suivi par un débat avec l'assistance. Enfin celle qui est restée jusqu'à la fin. Car fait étrange, alors que le compte rendu se déroulait, deux des participant(e)s sont parti(e)s, un des intervenant leur a signalé qu'il/elle pouvait laisser leurs coordonnées pour contact ultérieur, deux dizaines de personnes se sont levées et sont parties dans un brouhaha ahurissant. Ont-elles pensé que l'invitation à laisser ces coordonnées était le top départ, nul ne le sait ?!

Malgré, cette incompréhension, la soirée s'est poursuivi avec la participation d'une centaine de personnes.

Ce qui faut retenir de cette soirée, est dans le choix de la commune d'Agonges et des communes alliées, sur la mise en place de comités de consultatifs. Plutôt que d'opposer anti et pro, le comité permet de prendre en compte le choix de chacun(e) et de constituer une liste de personnes qui ne veulent par de compteur linky chez elles, liste appuyée par le maire auprès de ENEDIS, du préfet et de toutes instances administratives.

Ci-dessous l'article du CGCT (Code Général des Collectivités Territoriales) :

B. Les comités consultatifs sur tout problème d’intérêt communal (article L.2143-2 et suivants du CGCT)

Aux termes de l’article L.2143-2 du CGCT, « le conseil municipal peut créer des comités consultatifs sur tout problème d’intérêt communal concernant tout ou partie du territoire de la commune. Ces comités comprennent des personnes qui peuvent ne pas appartenir au conseil, notamment des représentants des associations locales.(…) ».

Sur proposition du maire, le conseil municipal fixe la composition pour une durée qui ne peut excéder celle du mandat de ce(s) comité(s) consultatif(s), chaque comité devant être présidé par un membre du conseil municipal désigné par le maire.

Le maire peut consulter ces comités sur toute question ou sur tout projet intéressant les services publics ou les équipements de proximité entrant dans le champ d’activité des associations membres de ces comités.

La demande de création de comité consultatif est fait par lettre recommandée au conseil communal, celui-ci à un mois pour répondre, dans le cas de non réponse ou de réponse négative, La suite se fera avec le tribunal administratif.

Donc se fut une soirée fort intéressante. Un enregistrement de cette soirée a été fait, mais ne peut être mise sur le site car vraiment trop volumineuse pour notre petit site, mais l'écoute est possible sur demande.

MAIS OU ETAIT LES COPAINES DES PEUPLAS LE 17 MARS ?

...Divulgation...

Soutien BURE

Nous étions sur le marché de Guéret, fort sympathique, sur la grande place des institutions. Nous avons rejoint, avec les copaines du comité de soutien 03 de la lutte contre l'enfouissement des déchets radio actifs à Bure en Meuse, le rassemblement organisé par STOPMINE23 et STOPCIGEO23 en soutien aux hiboux de bure et de Navarre et contre la répression que subissent nos copaines antinucléaires à Bar le Duc.

Cette matinée a été en générale très bien reçu par les habitant(e)s qui étaient sur le marché. Au plus fort de la matinée, nous nous sommes retrouvés à une petite cinquantaine, pas si mal. Puis nous avons pris une collation où chacun(e) avait apporté un petit quelques choses.

Si vous voulez participer au soutien contact : buraliste03@riseup.net

EN AVANT PREMIERE, POUR LES CHANCEUX(EUSES) DU BOURBONNAIS !

...Divulgation...

Philosophie

Nous avons été contacté par les services du ministère planquer, sûrement à Paris selon nos sources autorisées, nous vous livrons en avant première, pour ceux/celles qui veulent avoir une longueur d'avance sur leurs petit(e)s camarades. Ce qui devrait leurs permettre d'appréhender avec sérénité les futures sélections pour leurs carrières professionnelles universitaires.

Bon, assez de cachoteries, voilà, le sujet de philosophie du bac 2018 :

Libre, nous naissons ?!

Esclave, nous vivons ?!

Libéré, nous mourrons ?!

Et comme sujet de rattrapage :

Pour sortir du nucléaire ?!

Sortons du capitalismes ?!

L'Etat d'urgence dans les faisses ?!

...Surprise...

Pour ceusses qui n'y croient plus ?!

...Mais pour ceusses qui y pensent quand même un peu...

Bottes

Bon d'accord ce n'est pas gagné, mais tout de même. Après avoir abandonné le projet d'aéroport à Notre Dame Des Landes qui avec le temps, c'est commué non pas en couronne aillée, mais en épine dans le pied de l'engeance gouvernante. A vue, après une lutte de cinq décennies et surtout pendant la dernière décennie, une multitude de manières différentes de lutter et sans oublier le collectif, chose qui ne se fait pas sans d'âpre discussions et engueulades mémorables.

Mais le constat est là, l'opposition multiple est parvenue à gagner sur une partie seulement des revendications, à savoir l'abandon du projet. Reste la deuxième revendication qui est de loin la plus importante, à savoir "et son monde", ce monde qui est autre que le monde capitaliste.

Les mois à venir seront décisifs pour cette deuxième revendication. La propriété privée des terres va t'elle être restaurée, pour la totalité des terres, dans ce coin de bocage ? Ou bien va t'elle, pour une partie de ces terres, restée commune et être une non propriété ?

Prise de parole d’occupant.es de la ZAD lors du 10 février
Hôtel

Autre espoir, pour ceusses qui n'y croient plus, est la victoire de douze salarié(e)s du nettoyage après 111 jours de grève, face à une multinationale de l'hôtellerie.

Au départ, cela n'était pas évident, mais leurs revendications, dans leur quasi totalité ont été actées par un accord de fin de conflit et où les revendications non accordées immédiatement le seront dans un an.

Protocole de fin de grève
Ensemble

Alors ne désespérons plus, si nous avons 111 jours et ou 10 ans tout est possible, alors elle n'est pas belle la vie ! Quand nous vous disions que pour gagner il faut faire collectif et pas compter son temps, car qui peut mieux que nous régler les enjeux qui régissent nos existences, c'est toi, moi, lui, eux, nous, vous, enfin tou(te)s collectivement, sans partis, sans chefs et sans Etat. Seulement avec l'envie de s'organiser, non pas pour son propre compte, mais bien collectivement et que nos idées soient confrontées à la pratique, sans tenir compte d'une majorité ou d'une minorité, mais de la pratique seul élément à même de définir la justesse de nos idées.

Pour ce qui est de notre coinche, l'espoir ne manque pas, car si vous chercher bien, les projets ne manquent pas, les quarante projets de parcs éoliens industriels, la pose des compteurs linky, les recherches de métaux rares en forêt des Collettes avec en prime quelques éoliennes, le massacre à la tronçonneuse des forêts alentours, les projets de géothermie profonde, inventaire non exhaustif pour ce qui concerne la qualité de vie. Pour le social, licenciements, baisse des revenus ou pas de revenus du tout, hausse des loyers HLM et autres, suppression de classes et sélection dans le parcours éducatif, fichage et répression de la population, solidarité avec les migrant(e)s et les tributaires des minimas sociaux (CAF, RSA, vieillesse, invalidité, Chômeurs, etc.). Donc pas de panique, il y en aura pour tout le monde. Devons-nous attendre le joli mois de mai pour commencer les 111 jours ou les 10 ans, c'est à vous de voir ?!

LE CAPITALISME, CE N'EST PAS CAPITAL !

L'AUTO-ORGANISATION, C'EST CAPITAL !

Le verre du refus à Saint Pourçain samedi 03 février.

...Pour les curieux(euses)...

Eoliennes

Sur le marché de Saint Pourçain, ce samedi 3 février, c'est déroulé la deuxième rencontre du verre du refus. Le premier pour ceux/celles qui ne suivent pas avait eu lieu le 2 décembre à Noyan d'Allier. (voir article dans archives accueil et actualités).

Donc, revenons à cette matinée pleine de surprises. Tout d'abord, dans l'ensemble bon accueil de la population. La pétition à signer a reçu un nombre conséquent de signature. L'association à l'origine de la mobilisation a reçu une aide pécuniaire, non négligeable, de 200 € et oui le soutien peut aussi être cela.

Nous avons aussi eu la visite de la gendarmerie et un de leurs éléments à même signé la pétition, AH ! AH ! vous l'avez cru, mais non c'est une blague. Enfin, il a lu le fascicule explicatif, donc peut être la prochaine fois, il signera, aller savoir ?!

Donc, le travail d'information reste a continué, sur d'autres villes et villages. Une campagne de tractage suivie de réunion devraient dans les prochaines semaines se mettre en place, nous vous tiendrons au courant, pas celui de l'éolien industriel, mais celui de l'éolien collectif !

Banderolle
Signer la pétition

Pour un départ collectif le vendredi 09 février pour Notre Dame Des Landes.

...Pour tout savoir...

Soutien

Pourquoi, aller en nombre à Notre Dames Des Landes le 10 février ? Déjà parce que le gouvernement a abandonné le projet d'aéroport de Notre Dames Des Landes, mais nous devons poursuivre la lutte, car si vous avez bonne mémoire, un des mots d'ordre était, contre l'aéroport et son monde.

Et c'est bien pour cette raison que nous devons aller sur la ZAD le 10 février, pour poursuivre la lutte contre "et son monde", car l'Etat est en train de mettre en place, sa police et sa gendarmerie. La lutte a porté entre autre sur la propriété collective des terres.

Donc, que veut faire ce gouvernement ? Grand défenseur de la société capitaliste, dont l'un de ses piliers est la propriété privée des moyens de production, ici les terres, alors que la lutte à porter par l'auto-organisation des productions, entre propriété privée des terres et collectivisation des terres. Un mélange intelligent, où les conflits sont réglés collectivement, sans aucune structure étatique.

Alors, que l'apprentissage de l'organisation collective de la société est en marche à Notre Dames Des Landes, ce qui inquiète les tenants du pouvoir et du capital, est la démonstration en cours que Oui, nous pouvons auto-organiser la société sur des base de liberté et de solidarité et surtout sans les structures de l'Etat. Ce qui inquiète ces pourvoyeurs de la misère du monde, c'est bien la possibilité de la prise de conscience et de prolifération de ce genre d'expérience.

Et c'est bien pour cette raison que nous devons aller à Notre Dames Des Landes le 10 février, pour contrecarrer la remise en place des principes de cette société capitaliste. Pour que nous nous inspirions des principes de mise à l'écart de "et son monde", monde qui ne peut que nous mener dans le mur.

Communiqué ZAD
Communiqué Front social

Où encore

Communiqué CGT VINCI

Chambon sur Voueize, Assemblée générale de Stop mine 23.

...Nous avons participer pour vous...

Stop Mines 23

Donc, tout a débuté comme n'importe quelle association, pas les bilans, moral, d'activité, etc. Mais chose qui sort de l'ordinaire pour une association, cela mérite d'être mis en avant, est que sortant du carcan étriqué du fonctionnement des associations en général, faisant état du seul objet de leur statut, c'est à dire "un seul problème à la fois, Stop Mines 23 a intégré que rien n'est dissocié.

Après avoir informer sur le problème de leur statut, à savoir, les projets miniers, plusieurs intervenant(e)s se sont succédé(e)s. L'un pour les projets de géothermie profonde, l'un des projets éoliens industriels et l'une sur le déploiement des compteurs Linky. Un après-midi dense. Tous ces projets n'étant pas si éloignés de l'extraction minière, car effectivement pour la fabrication de tout cet arsenal technologique, bien des misères touchent les populations qui en subissent les conséquences et dont l'avis n'est pas la priorité des tenants de la richesse collective.

Donc ce début de coordination est très positif, car nous crevons de confusions et du manque de coordination. Confusion puisque, comme l'autre qui dit que nous ne pouvons pas recevoir toute la misère du monde, nous disons que nous ne pouvons pas nous occuper de tout. Mais là n'est pas la question, nous devons plus regarder le bout du doigt qui est tendu, mais l'ensemble qui tend ce doigt. Et cet ensemble n'est autre que le capitalisme.

Bon d'accord, mais un fois que l'on a dit cela, nous faisons quoi ? Ben, nous pouvons peut être commencer comme Stop mines 23, à ne pas s'enfermer dans la défense d'un seul des éléments qui constitue cette société de la marchandisation. Mais partir de cette analyse que se soit, les mines, la géothermie profonde, l'éolien industriel, le Linky tout cela procède du même principe, non pas celui du collectif, mais bien celui du profit immédiat d'un petit nombre. Et que toutes ces oppositions devraient se coordonner puisque faisant parties d'un tout. Le but de cette coordination pourrait être la reprise en main de nos vies ?!

projet minier
Géthermie profonde
Eolien industriel en Creuse

Contester ou cogérer ?! Sur la lutte contre le barrage du Testet à Sivens et les leçons que l'on peut en tirer

...Petite histoire et analyse...

Testet

Contester ou cogérer ?


Pour sortir de l'ambiguité de la cogestion des conflits et de la confusion du "l'Etat, un bien commun". Et bien non ! L'Etat ce n'est pas nous !

Article ACE Hendaye - Retour sur la ZAD du Testet

SCIENCE FICTION POLITIQUE POUR CETTE ANNEE 2018

...Découverte...

Aéroport atlantique

Rebondissement à Nantes :

Le projet d'aéroport à Notre Dame Des Landes est abandonné, L'agrandissement de l'actuel aéroport est choisi. Mais cela ne tient pas compte des ouf, pro-projet à NDDL,. les fameuses "ailes pour l'Ouest", grand défenseur de la Bretagne républicaine, reconnaissons qu'ils ne sont pas rancuniers, vue la manière dont la république a traité les bretons, il y a environ 230 ans. Mais bon, quand le syndrome de Stockholm vous tient !

Enfin, ne nous dispersons pas. Donc revenons aux ouf des ailes pour l'ouest, n'ayant pas eu l'écoute et le soutien tant convoité, les voilà qui réfléchissent à un rapprochement avec les zadistes de NDDL, pour que leurs expériences puissent leur être apportées, car une idée folle leur est apparue. Telle une évidence, le monde à l'envers en quelque sorte. Et bien, puisqu'il en est ainsi, ils projettent de créer une ZAD, pour empêcher l'expansion de l'aéroport de Nantes Atlantique ?!!

mai 68

Mai 1968 :

Nous avons enfin compris pourquoi le front social n'a pas eu le retentissement attendu. C'est tout simple, les français(e)s aiment les commémorations. Donc, ils/elles attendent mai 2018 pour descendre en masse dans les rues et procéder à une insurrection commémorative, voir pour les plus impatient(e)s, une révolution auto-organisée !

1914-1918

1914-1918 :

Toujours dans la commémoration, mais cette fois, c'est vers l'abolition des guerres capitalistes et impérialistes que vont s'orienter ces commémorations. Et chose qui n'avait pu se faire à l'époque, l'abolition des frontières, de l'argent, des classes, du capitalisme, du patriarcat. Et la création d'une société mondiale auto-organisée, libertaire et solidaire, où l'obsolescence ne serait plus la règle. Et l'écologie où plutôt le respect de la vie et de toutes choses en serait le principe.

Projets imposés

Les projets imposés :

Mais avant les commémorations ci-dessus attendues. Une grande coordination va voir le jour entre tous les points d'achoppement qui perdurent aujourd'hui. Toutes les oppositions à l'aménagement du territoire capitaliste vont créer une déferlante qui avec les commémorations prévues va emporter ce vieux monde dans l'euphorie générale. L'avènement d'une société du tous pour tous dévoilera la richesse du genre humain et le bonheur universel.

Bon, d'accord tout cela est bien joli, mais il ne faut pas s'endormir, car il reste quand même pas mal de boulot à faire !

Le Maquisard disparaît ! VIVE LES PEUPLAS !

...Découverte...

Peuplas

QUAND Y EN A PLUS? Y EN A ENCORE !

Vous avez pu, pour les plus vigilent(e)s, vous rendre compte de la disparition en bas du site du lien avec le maquisard. Pour le Lokara, nous attendons encore et gardons le lien, mais pour combien de temps encore ?

Nous allons arrivés en février à l'anniversaire du site, déjà un an, ainsi que de celui des peuplas. Alors si le cœur vous en dit préparés les roteuses.

Pour l'année 2018, plusieurs rendez-vous d'importance auront lieu, sur la ZAD, avec les paysan(ne)s contre les normes, avec Bure la poubelle nucléaire, avec le NI NA (Ni Ici, Ni Ailleurs) collectifs contre les center parcs et bien d'autres encore, enfin nous l'espérons, car pour ce qui est du front social; il y a du boulot. Bon donc à très bientôt.

POITIERS RESULTAT DES COURSES POUR LES 10 INCULPÉ-E-S

...Et oui !...

Poitiers

Une victoire quand même, relaxe sur le refus de se faire ficher!

Condamnation, pour sept d’entre nous, à 100 euros d’amende avec sursis (cela implique pas de condamnation pendant cinq ans sur quoi que ce soit) et, pour les trois autres (avec casier pas de pêche), à 100 euros. On a une ristourne de 20 % si on paie avant un mois. 127 euros sont à régler par chacun-e de nous dans un délai d’un mois à compter de la réception du jugement – avec une ristourne de 20 % possible dans ce délai – pour les frais de « justice ». Condamnation solidaire à payer 1 000 euros à la SNCF + 700 euros de frais d’avocat et de procédure. Relaxe générale sur le refus de prélèvement d’ADN et de prise d’empreintes et de photos. Non-inscription générale au casier judiciaire. On a dix jours pour faire appel.